mercredi 7 août 2013

♫ "Indochine : La BD", un an après sa sortie

Indochine La BD est un succès de librairie confirmé, que ses lecteurs ont apprécié, ce qui me fait très plaisir d'autant plus qu'il s'arrête à la période du Stade de France (2010). Je serais incapable de proposer puis de m'investir dans un tel projet aujourd'hui, tant Black City Parade m'a vacciné contre Indochine 2.0.

D'ailleurs, le film Black City Parade ressemble à un long sketch des Inconnus : il est parfait pour un bon moment de rigolade, avec Nicola Sirkis dans le rôle de Didier Bourdon et son inséparable paperboard Winner Society Corporation of Publicité, et le reste du groupe dans le rôle de l'ombre du paperboard. L'ambiance dans Indochine peut se résumer à l'expression populaire bien visible dans deux scènes : quand le chat n'est pas là, les souris dansent. Bref, ce n'est plus un groupe pop-rock, c'est une petite entreprise au sens tragique du terme et ce document doit bien faire marrer le guitariste co-fondateur Dominique Nicolas (s'il l'a vu).

"Si cet album ne marche pas, tout est remis en question" dit Nicola Sirkis à 3'19''. On peut lui suggérer de travailler avec un producteur-réalisateur, comme au bon vieux temps (Didier Guinochet, Joe Glasman, Philippe Eidel, etc.), car ce rôle ne convient visiblement pas au chanteur.

Il devrait y avoir du débarquement en Normandie prochainement.


1967 Indochine, album Black City Parade, Black City Parade le film, Boris Jardel, Boris Jardel 1967, Indochine La BD, Les Inconnus Indochine, Nicola Sirkis
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...