mardi 21 mars 2017

♫ Johnny (B. Goode ?) raconte l'histoire du rock aux enfants (2/3)

Hommage au rock'n'roll !

Bonjour, c'est Johnny...

Comme je vous l'ai dit hier, l'histoire du rock figure aujourd'hui un véritable conte des temps modernes, et Chuck Berry en était l'un de ses princes charmants.

Je vous propose la deuxième partie de cette histoire extraordinaire.


"Avant Elvis, il n'y avait rien !"


Vous savez, c'est peut-être un peu difficile à imaginer pour vous aujourd'hui, mais Elvis Presley a révolutionné la musique ! Un jour, il a accéléré un morceau de blues avec ses musiciens pour s'amuser, et c'est comme ça qu'est né le rockabilly, un petit cousin du rock'n'roll. Vous allez me demander : "Mais qu'est-ce qu'il avait de plus que les autres cet Elvis ?". Je vais vous le dire : Elvis avait l'attitude, la rock'n'roll attitude, ce virus que j'ai attrapé grâce à lui ! Il a déchaîné les passions, c'était du jamais vu : cette façon de remuer son bassin ("Elvis the Pelvis" on l'appelait aux USA, pour cette raison, puisque Pelvis signifie le bassin), de sauter partout sur la scène... il rendait toute la jeunesse folle de joie, et surtout les jeunes femmes, qui ne pouvaient pas s'empêcher de hurler en le voyant ! Les plus anciens voyaient ce nouveau phénomène d'un très mauvais œil : ils pensaient que le rock allait donner de mauvaises idées aux jeunes et qu'il les incitait à faire des bêtises... Ces vieux ronchons préféraient le jazz, forcément. D'ailleurs, ils pensaient au début que le rock n'était qu'un phénomène de mode, sans se douter un instant que la société traditionnelle et patriarcale qu'ils incarnaient, une société où les femmes n'ont pas leur mot à dire, n'allait pas s'en remettre, hé oui ! C'était ça le monde avant : sans rock et dominé par les hommes. Aujourd'hui, c'est le contraire (rires).

Elvis admirait les chanteurs noirs de rhythm'n'blues, il aimait s'habiller comme eux, de la tête gominée aux pieds. Cette allure lui donnait un air de ressemblance avec ses idoles, jusqu'à se coiffer comme la star hollywoodienne de l'époque, Tony Curtis, en sculptant ses cheveux avec de la brillantine, une sorte de gel. Voilà le secret de son charisme, renforcé par sa voix de velours.


Par la suite, beaucoup de rockeurs dont moi-même - forcément - se sont inspirés de son look et de son style rebelle. J'en ai même parlé dans l'une de mes chansons, "Le Rock'n'roll est né", que j'ai enregistrée en 1977 : "Blousons de cuir sous un réverbère / Frappent des mains et tombent les genoux à terre / Elvis, ça se chante en secouant les cheveux / Brillantine dans les yeux". Pas mal hein ? Vous savez, quand on fait quelque chose, on s'inspire toujours des gens qu'on aime dans ce domaine, avant d'essayer de prolonger à sa façon cette source d'inspiration. C'est naturel, et c'est surtout vrai dans le rock. 

l'histoire du rock, johnny, elvis, chuck berry, johnny b. goode, elvis the pelvis, fonzie, happy days, naissance du rock'n'roll, sam phillips, sun records, blue hawai, radio luxembourg, rtl

Fonzie, cœur de rocker, l'incarnation du blouson noir à la télé (Happy Days) dans les années 70-80. Cooooolll...


Elvis a été un modèle pour moi. J'écoutais ses disques alors qu'ils n'étaient même pas encore trouvables en Europe, grâce au mari américain d'une de mes cousines danseuses : Lee Hallyday. Les disques, à l'époque, ressemblaient un peu aux CD d'aujourd'hui, mais en plus grands. On les appelait des vinyles, ils se présentaient sous la forme de galettes noires constituées de microsillons.

l'histoire du rock, johnny, elvis, chuck berry, johnny b. goode, elvis the pelvis, fonzie, happy days, naissance du rock'n'roll, sam phillips, sun records, blue hawai, radio luxembourg, rtl

L'une des toutes premières chansons que j'ai enregistrée est d'ailleurs une adaptation en français de "Teddy Bear", un succès d'Elvis sorti en 1957, un an après son premier album considéré à juste titre comme les Tables de la Loi du rock'n'roll. Ma version s'appelait "Ton petit ours en peluche". Hé oui, vous voyez, j'ai aussi chanté des chansons pour les enfants (rires). Je ne l'ai pas interprétée souvent celle-là... Sur ce fameux album d'Elvis, il y avait la fantastique "Blue Suede Shoes" ("Les chaussures en daim bleu"), que j'ai souvent jouée sur scène, et même avec son créateur : Carl Perkins en personne ! Un moment incroyable, un beau cadeau comme seule la vie peut nous en offrir.

Elvis a aussi été très important car il a permis - avec d'autres - de faire avancer des choses dans la société. Sa musique a contribué d'une certaine façon à casser les frontières et à mélanger les genres, grâce à sa voix : il était le premier Blanc à chanter comme un Noir (c'est d'ailleurs la raison pour laquelle le producteur Sam Phillips l'avait signé sur son label de rhythm'n'blues Sun Records). Et aujourd'hui, c'est devenu normal pour nous, de mélanger les cultures, les styles de musique, d'être amis avec des gens qui n'ont pas la même couleur de peau que nous, mais à l'époque ça ne l'était pas. Elvis a été tellement important que John Lennon, un artiste majeur de l'histoire du rock que j'ai connu personnellement - puisqu'il est venu me voir jouer à l'Olympia - et dont on parlera plus loin, a déclaré un jour : "Avant Elvis, il n'y avait rien !" (rires). Et je dois dire que je suis assez d'accord avec lui : aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours écouté Elvis, dès ses premiers disques. Vous savez, ces fameux disques américains que je pouvais avoir grâce à Lee Hallyday et qu'on ne trouvait pas encore en France : je les écoutais en boucle dans ma chambre avec mon ami Eddy Mitchell, et aussi les disques de Chuck Berry et d'Eddie Cochran, entre autres !

Parce qu'il n'y avait pas qu'Elvis et Bill Haley en ces temps là, beaucoup d'autres étoiles merveilleuses ont rayonné dans les postes à transistors en bakélite - des gros appareils pour écouter la radio -, sur les pistes de danse et dans les juke-box (des machines installées dans les bars et dans lesquelles on mettait une pièce pour jouer un disque de son choix) : Chuck Berry, dont tout le monde copie aujourd'hui les riffs de guitare - un riff, c'est quelques notes ou quelques accords que l'ont fait tourner en boucle - et qui mérite par conséquent son étoile dans notre ciel rock, Little Richard, Fats Domino, Bo Diddley, Buddy Holly, Eddie Cochran - dont j'ai adapté "Somethin' Else" en 1963 pour en faire "Elle est terrible" -, Jerry Lee Lewis, Gene Vincent et son mythique "Be-Bop-A-Lula", etc., tous nous ont changé la vie, nous ont rendu raides dingues de rock'n'roll, en plus de contribuer à faire tomber - en partie - les barrières ségrégationnistes dont je vous ai parlé juste avant.

Et s'ils ont réussi à faire entrer le rock dans la culture populaire et à toucher le monde entier comme ils l'ont fait à l'époque, c'est surtout grâce à la naissance de la télévision dans les années 50, qui a permis de diffuser partout, avec la radio, toutes ces bonnes ondes rock'n'roll, comme un message divin ! 

l'histoire du rock, johnny, elvis, chuck berry, johnny b. goode, elvis the pelvis, fonzie, happy days, naissance du rock'n'roll, sam phillips, sun records, blue hawai, radio luxembourg, rtl

Aujourd'hui, grâce à Internet, il suffit de cliquer deux ou trois fois sur la souris d'ordinateur pour écouter n'importe quel titre mais à l'époque, on restait des heures à attendre l'oreille collée au transistor les tubes du moment qu'on adorait ! C'était comme si la musique venait d'ailleurs, d'une autre planète. Cette sensation de mystère était amplifiée par la qualité parfois mauvaise de la réception des ondes. Dès qu'on ne captait pas bien une chanson, on paniquait, un peu comme quand on a des problèmes avec sa connexion internet aujourd'hui (rires). 

En plus, il n'y avait pas cinquante fréquences FM, mais il y avait Radio Luxembourg, un vent de liberté radiophonique qui a participé à la diffusion du rock en Europe. Elle deviendra à partir de 1966 la première radio de France, que vous connaissez bien puisque c'est ma deuxième maison : RTL. On vivait vraiment le rock'n'roll avec dévotion, c'est-à-dire que c'était comme une religion pour nous.


Même le cinéma a été fasciné par ce nouveau phénomène et s'est emparé des rockeurs ensuite... Elvis a tourné beaucoup de films dans les années 60 par exemple. A ce propos, savez-vous que j'ai joué pour la première fois au cinéma à l'âge de douze ans, dans un film sorti la même année que la naissance du rock'n'roll ? Si ça, ce n'était pas un signe du destin, en tout cas ça y ressemble drôlement non ? Il s'en est passé des choses en 1955 ! Je précise que je n'ai pas chanté dans ce film, c'était juste une petite apparition, de la figuration comme on dit.  

l'histoire du rock, johnny, elvis, chuck berry, johnny b. goode, elvis the pelvis, fonzie, happy days, naissance du rock'n'roll, sam phillips, sun records, blue hawai, radio luxembourg, rtl

Elvis au cinéma ! Ou le rock'n'roll en Technicolor. Cooolll... !


Faites comme Christophe Officiel, CharlElie, Gonzaï, Longueur d'Ondes, Causeur et Francis Zégut, suivez-moi sur Twitter :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...