mardi 4 mars 2014

♫ Bonus Nouveau Dictionnaire du Rock : Notice de Crystal Castles

Une page fantôme qui a de la gueule, ici et nulle part ailleurs :


Crystal Castles

Groupe d’électro-rock canadien, 2003 : Alice Glass (chanteuse), née le 28/04/1988 à Toronto ;  
Ethan Kath (chanteur, batteur, bassiste, claviériste, programmateur), né le 25/12/1981.

Révélé par Internet, Crystal Castles a provoqué une onde de choc au-delà de la scène 
électronique avec un mélange détonant d’indietronica, de new wave et de noisy rock, 
rythmé par les sonorités de jeux vidéo première génération. Mu par une énergie nihiliste et une 
mélancolie scarifiée, le binôme incendiaire bénéficie du magnétisme félin de sa chanteuse Alice 
Glass, atout essentiel dans son succès et sa réputation scénique.

Bercés par les mêmes influences musicales (Joy division, New Order, Sonic youth, The Stooges, 
la pop des années 80), Alice Glass et Ethan Kath se sont distingués dans la mouvance heavy metal 
avant de se rencontrer : la jeune fille chantait dans la formation féminine Fetus Fatale pendant 
qu’Ethan tenait la basse dans le prometteur combo bruitiste Kill Cheerleader, à la réputation locale 
sulfureuse (le groupe, dont la devise se résumait à « drink and fuck », était banni de nombreux clubs 
de Toronto). Les routes des deux jeunes gens se croisent en 2004, alors qu’ils purgent une peine 
d’intérêt général (lui pour un larcin, elle pour ses accointances avec une bande recherchée par la 
police) au sein d’une association oeuvrant pour les non-voyants. A l’époque, Ethan est investi 
depuis quelques mois – en parallèle à Kill Cheerleader - dans son projet solo de musique 
électronique : Crystal Castles (nom tiré d’une publicité pour l’une des  figurines du dessin animé  
Les maître de l’univers : « Crystal Castle, la source de tout pouvoir »). Après avoir assisté à une 
prestation de Fetus fatale, Ethan propose à Alice de chanter sur ses maquettes. En 2005, ils bloquent 
une journée de studio. Lors d’un test micro, Alice Glass s’égosille sans savoir qu’elle est enregistrée. 
Le résultat, nommé « Alice Practice », est mis en ligne avec cinq autres titres issus de la séance 
studio sur le Myspace de Crystal Castles. Six mois plus tard, le label londonien Merok contacte 
l’indocile duo : un maxi vinyle 4 titres « Alice Practice » est publié en juin 2006. Pressé à 500 
exemplaires, il s’écoule en trois jours. Le bouche à oreille s’amplifie rapidement via Internet et de 
nombreux groupes, parmi lesquels The Klaxons, Liars et Bloc Party sollicitent Crystal Castles pour 
des remixes. Après la parution de deux autres simples en vinyle en 2007, accompagnés de concerts 
orgiaques, le premier album éponyme sort en mars 2008 chez le label Last Gang Records. Les 
compositions transgressives, dopées de bruitages électroniques 8-bit et d’onomatopées samplées, 
exhalent une efficacité bigarrée. Le simple « Courtship dating » - teinté d’une mélancolie livide -   
accompagne la sortie de l’album et sa vidéo révèle la beauté spectrale de Alice Glass. Crystal 
Castles, qui se définit avant tout comme un groupe de dance expérimentale, crée depuis 2008 
l’évènement dans les festivals rock internationaux, au cours d’une tournée continue à la façon du  
Never Ending Tour de Dylan. Le deuxième album, au titre éponyme comme son prédécesseur, sort en 
2010 chez Polydor et confirme la puissance tourmentée du phénomène alternatif.

S.B.



                                             


                                             

Alice Glass, biographie Crystal Castles, Biography Crystal Castles, Crystal Castles Knights, crystal castles rock, Ethan Kath, groupe Crystal Castles, Crystal Castles NME, band Crystal Castles, Nouveau Dictionnaire du Rock
Alice Glass, biographie Crystal Castles, Biography Crystal Castles, Crystal Castles Knights, crystal castles rock, Ethan Kath, groupe Crystal Castles, Crystal Castles NME, band Crystal Castles, Nouveau Dictionnaire du Rock



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...