samedi 1 mars 2014

♫ LE NOUVEAU DICTIONNAIRE DU ROCK : 6 mars 2014 !

Le Nouveau Dictionnaire du Rock (Robert Laffont) sort le 6 mars. Pour moi, c'est l'accomplissement de six années de travail sporadique sur l'objet.
En mars 2008, Michka Assayas m'avait aimablement contacté pour me proposer - après avoir consulté mon blog - de participer à la réactualisation de son Dictionnaire du Rock, car un de ses collaborateurs venait de lui filer entre les doigts. Le genre de proposition qui ne se refuse pas, bien evidemment (au moins juste pour faire chier les trouducs de Magic, de Rock&Folk, des Inrocks, etc., etc.) (retrouvez la liste complète dans mon presque best-seller Duran Duran : Les Pop modernes).
J'avais lu l'excellent roman Exhibition de Michka - que je recommande vivement -, j'étais d'autant plus honoré qu'une telle proposition émanait de quelqu'un dont j'admire l’œuvre. Et je connaissais comme tout le monde son Dictionnaire du Rock, dont un exemplaire trône toujours en bonne place, en consultation libre, dans toutes les librairies dignes de ce nom.

Le cahier des charges était le suivant :

Je cherche quelqu'un pour écrire des notices sur des chanteurs français de 
variété rock (enfin, c'est moi qui appelle ça comme ça, à la FNAC ils disent 
pop-rock) dont personne ne veut : Cali, Calogero, M, etc. L'idée, c'est que 
ce soit précis, rigoureux, pas méprisant mais pas complaisant non plus (manquerait 
plus que ça). 

Effectivement, j'ai passé un essai (concluant) sur Cali, mais Dieu m'a préservé de M, c'est toujours ça de pris.
Et puis j'ai eu du rab : en plus des chanteurs français dont personne ne veut, j'ai aussi pris les artistes internationaux dont personne ne veut (Pink, Evanescence, Tokio Hotel, etc.). On est parti sur un prévisionnel d'une quinzaine de notices au départ, pour finir à plus de trente finalement.

Même si je me suis astreint à une rigueur de style qu'exige le cadre d'un dictionnaire, j'ai quand même réussi à glisser une petite vanne dans la notice Tokio Hotel. Ceci dit, le ton général du dictionnaire est à la décontraction, c'est ce qui fait aussi le charme de l'ouvrage de référence qu'il est devenu.

Ma satisfaction principale est d'avoir fait entrer le kommissar Falco dans ce Nouveau Dictionnaire du Rock, et je n'en suis pas peu fier : ce type était un génie, malheureusement méconnu en France (un de plus. Merci qui ? Merci l'exception culturelle française). J'ai aussi contribué à écarter tel ou tel artiste du dico, je ne citerais pas de noms mais vous pouvez me remercier (et pas qu'un peu, si vous saviez...).

Par contre, j'ai un grand regret : Crystal Castles ne figurera pas dans ce Nouveau Dictionnaire du Rock, malgré la notice que je leur ai consacrée avec amour (ça me changeait de Kyo) et l'effroi que je n'ai pas manqué d'exprimer à la vue de cette décision finale de Michka de ne pas les retenir. Leur absence d'un tel ouvrage me paraît une hérésie, ils ont quand même fait la couverture du NME trois fois mais c'est ainsi, que voulez-vous. Ils sont sans doute les seuls et véritables héritiers spirituels de Joy Division aujourd'hui, tant pis, ça sera pour la prochaine édition. 
C'est d'autant plus drôle (et dramatique à la fois) que c'est une notice qui m'avait donné beaucoup de fil à retordre : une première mouture dont j'étais très heureux après une semaine de boulot a été perdue suite à l'implosion totale de mon disque dur, ce qui m'a rendu malade (je n'avais pas fait de sauvegarde, évidemment). J'ai mis des semaines entières à essayer de retrouver la qualité de cette version perdue en m'arrachant les cheveux entre deux séances de méditation transcendantale, pour apprendre au final que les Crystal Castles étaient purement et simplement rayés de la liste définitive.
Dur, dur.

Pour le reste, je ne ferai pas plus de commentaires, ce magnifique et monumental Nouveau Dictionnaire du Rock est avant tout celui de Michka Assayas, le contenu et les décisions finales lui appartiennent bien légitimement, je n'ai pas à juger de cela ici (d'autant qu'il a fait preuve d'une vraie ouverture d'esprit, d'une écoute bienveillante et d'une constante gentillesse - ce que la rencontre en réunion d'équipe a confirmé - pendant toute la durée de cette collaboration précieuse).

Voilà ce que je retiens de cette expérience unique, avec le plaisir aujourd'hui de tenir cet irrésistible objet dans les mains et de savourer enfin la mission accomplie. Attention : une fois dans les mains, il est impossible de le lâcher.

Nouveau dictionnaire du rock, dictionnaire du rock assayas, nouveau dictionnaire du rock assayas, nouveau dictionnaire du rock robert laffont, michka assayas exhibition


 

 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...