samedi 27 février 2016

♫ Gonzaï en kiosques ? Banzaï !

De prime abord, quand j'ai tenu en mains et feuilleté ce premier numéro de Gonzaï - daté Février/Mars 2016 -, j'ai pensé : « Une maquette très Actuel et 5 pages consacrées à Jean-Edern Hallier, est-ce bien raisonnable en 2016 ?"

Puis je me suis laissé convaincre et je suis passé à la caisse pour y verser mon obole de 6,66 euros (magnifique coquetterie à la hauteur du slogan du magazine : "Seul le détail compte").

gonzai, gonzai presse, gonzai gonzo, jean-edern hallier, benoit sabatier, actuel bizot, entrevue ardisson, interview ardisson, seul le détail compte, technikart, society, causeur, cicciolina

Oubliez Technikart, Society et consorts, voici enfin un vrai magazine de société & culture digne de ce nom en France (avec Causeur, plus axé sur l'actu et la politique).

Avec Gonzaï, le lecteur en a pour son argent : 100 pages de contenu solide, en prise avec le réel. Pas de prétendus "décryptages" convenus à la mords-moi-le-nœud, mais des dossiers fouillés et des interviews cash. 
Bien sûr, Gonzaï ne se départit pas du ton, du style gonzo qui a fait la réputation piquante de son site, mais il est ici employé à juste dose, à bon escient, pour émailler l'ensemble de pastilles désaxées sans noyer la sauce. Un bon équilibre donc, entre légèreté et consistance.

Chose rare à la lecture d'un magazine de ce genre, je n'ai pas vraiment trouvé de déchet éditorial. Jugez plutôt du Sommaire

- Énigmes de la pop culture (avec des anecdotes sur Michael Jackson, l'acteur qui a incarné Dark Vador, Eddie Barclay, John Lennon, etc.)
- 24 Heures avec... (je vous laisse découvrir la personnalité choisie pour ce premier numéro)
- Promo not promo : interview improbable de Nounours, du programme culte Bonne nuit les petits (que ne ratait jamais le général de Gaulle)
- Dossier "Tabac et alcool en état d'arrestation", richement illustré et agrémenté notamment d'une interview de Michèle Delaunay, cancérologue et ancienne ministre. Du cow-boy Marlboro à la célèbre campagne de Ricard "Pacific" et sa sirène Stéphanie Seymour, en passant par le problème collatéral de la sécurité routière, ce dossier en forme de droit d'inventaire de la loi Evin nous offre des séquences nostalgie fortement imbibées et enfumées. On y découvre la façon dont procèdent certaines marques pour contourner la loi restrictive, en forme de casse-tête publicitaires juridiquement périlleux.
J'y ai appris que si le taux de cancer du poumon chez les hommes de 35 à 44 ans a été divisé par deux ces quinze dernières années, celui des femmes de la même tranche d'âge a été multiplié par quatre au cours de la même période.  
- Une longue interview de la Cicciolina (personnage pittoresque que, certes, les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître). 

gonzai, gonzai presse, gonzai gonzo, jean-edern hallier, benoit sabatier, actuel bizot, entrevue ardisson, interview ardisson, seul le détail compte, technikart, society, causeur, cicciolina

- Un reportage sur la Wallifornie (ou comment transformer la Wallonie en Silicon Valley belge).
- Un portrait de 5 pages consacré à Jean-Edern Hallier, bien écrit et précis.
- Un gros coup de projecteur (8 pages) sur Television Personalities, groupe de rock à l'écho confidentiel mais culte comme peut l'être Young Marble Giant.
- Une immersion dans les locaux d'un label parisien de musique électronique (Antinote).
- Un portfolio de Richard Dumas (auteur de la pochette du pire album de Bashung selon moi : L'Imprudence), avec annotations du photographe. 
- Un extrait d'un essai d'anticipation signé Ervin Karp.

Voilà pour le menu.

Gonzaï n'est pas un énième titre de presse pour les bobos parisiens - même s'il séduira aussi une frange de ceux-là - mais bien un audacieux pari entre Actuel et le Entrevue des débuts (quand il s'appelait encore Interview sous la férule d'Ardisson), avec un esprit fanzine haut de gamme pour les pages culturelles, sentant bon l'underground érudit.

Et si ce coup d'essai n'est pas parfait (une ou deux rubriques tachent quand même un peu, comme "le look Larry Flynt" par exemple, complètement inepte), un magazine qui consacre 5 pages à Jean-Edern Hallier dans son premier numéro ne peut pas être mauvais.
La preuve !

Faites comme Christophe Officiel, CharlElie, Causeur et Gonzaï, suivez-moi sur Twitter :
https://twitter.com/sebbataille

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...