vendredi 16 mai 2014

♫ Mon interview de Jean-Louis Murat

Après William Sheller, toujours pour Bakchich, voici mon interview de jean-Louis Murat à l'occasion de la sortie de l'album Le Cours ordinaire des choses en 2009 :

Interview de Jean-Louis Murat, réalisée le 28 août

Bakchich : La chanson « La tige d’or » présente des réminiscences avec « Si je devais manquer de toi », est-ce volontaire ?

Jean-Louis Murat : J’ai autre chose à foutre que de me citer. Je mets ma volonté ailleurs.

Bakchich : « Comme un cow boy à l’âme fresh » fait penser au Joe Dassin première période (country), cela sonne-t-il comme un compliment à vos oreilles ?

J-L.M : Chacun ses références. Le XXe siècle c’est Trénet et Dassin, qui puis-je ?

Bakchich : Il y a quelques années, Carla Bruni a annoncé qu’elle allait vous consacrer une chanson, intitulée « Mister M ». Qu’est devenue cette chanson ?

J-L. M : Il faut demander à l’intéressée.

Bakchich : Frédéric Mitterrand a déclaré : « nous avons tous un peu de Michael Jackson en nous ». Qu’est-ce que Jean-Louis Murat a de Michael Jackson en lui ?

J-L. M : Fredo devait penser paire de couilles et trou de bal. Je suis un homme quoi de plus naturel en somme.

Bakchich : William Sheller, qui vous a aidé à vos débuts, a déclaré à Bakchich : « Signer contre le téléchargement illégal ? Autant signer pour condamner les nuages qui passent ». Vous sembliez heureux de la crise du disque il y a quelques années, puisque cela allait permettre de défricher le terrain au profit des artistes de scène. Quel bilan tirez-vous aujourd’hui de la situation ?

J-L. M : Beaucoup de retraités du biz qui se sont faits de l’or en –70 et –80 ne veulent pas de descendance. Ils veulent rester seuls, ils pensent être modernes en disant n’importe quoi, pauvres gens. Ils nient le droit d’auteur parce qu’ils savent bien qu’ils ne sont pas des auteurs… enfin, j’imagine. Quant aux nuages… c’est l’anthropophagie légalisée. Vive la liberté pour les cons. Foutaises !

Bakchich : Quel est votre pire souvenir de scène ?

J-L. M : Personne dans la salle.

Bakchich : Êtes-vous plutôt Carla Bruni ou Mylène Farmer ?

J-L.M : Les deux.

Bakchich : Cali ou Miossec ?

J-L. M : J’adore.

Bakchich : Zemmour ou Naulleau ?

J-L. M : Les deux.

Bakchich : Raymond Domenech ou Estelle Denis ?

J-L. M : Je préfère les filles.

Bakchich : Johnny ou Didier Wampas ?

J-L. M : Lequel mourra le premier ?

Bakchich : Christine Angot ou Eric Reinhardt ?

J-L. M : Joker.

Bakchich : Renaud ou Grippe A ?

J-L. M : Pour la grippe y a des vaccins, pour l’autre l’euthanasie.

Bakchich : Amoureux des lettres, vous pourriez aisément écrire des livres, comme Manset. Etes-vous parfois tenté de vous lancer dans l’écriture d’un pavé ?

J-L. M : Un livre de merde à la Manset non merci.

Bakchich : Quel est votre dernier coup de cœur littéraire ?

J-L. M : Homère.

Bakchich : Puisque vous aimez les femmes (duos avec Farmer, Camille, Huppert, Bruni, etc.), vous pourriez reprendre « Vous les femmes » de Julio Iglesias. Le buzz médiatique serait assuré en tout cas. Vous aimez cette chanson ?

J-L. M : Je l’ai chantée des centaines de fois sur scène. Je l’ai même enregistrée (exemplaire unique gagné par fan n°2, il me semble).

interview Jean-Louis Murat, Murat le cours ordinaire des choses, Murat Farmer, Carla Bruni, Murat Carla Bruni, Renaud Murat, polémique Murat Renaud, Frédéric Mitterrand

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...